Nurtantio Projects

4 leçons de mode
au Musée Cristóbal Balenciaga

Balenciaga - Gwenny NURTANTIO©

Photos : Gwenny NURTANTIO ©

On ne se lasse jamais des musées de mode. Pourquoi donc ? Parce qu’au-delà des paillettes, il s’agit de découvrir le travail d’un créateur, d’appréhender sa démarche et de s’en inspirer pour évoluer soi-même. Le type de bonheur qu’on tire des rencontres inspirantes. Du musée Balenciaga, à Gerantia (en Espagne), voici les 4 enseignements créatifs que nous retirons.

1. Aimez ceux pour qui vous créez

La première chose qui fait plaisir à voir, dans ce musée, c’est l’amour que Cristóbal Balenciaga témoigne aux femmes. Il crée des pièces adaptées à un style de vie actif. Et pour ça, un big merci. Gracias, querido Cristóbal ! On retrouve l’esprit Gabrielle Chanel (la fluidité en moins), situé aux antipodes du louboutinisme. Entre le corps et le vêtement, Balenciaga prévoit un 3e élément d’importance : l’air. Ouf, il était temps.

À retenir : créez avec bienveillance.
À contempler : la robe baby-doll et la robe-sac, des manifestes féministes à eux seuls.



Balenciaga - Gwenny NURTANTIO©

Ces modèles avant-gardistes, loin de sculpter le corps, ont reçu un accueil particulièrement mitigé de la part de la gent masculine.
Photos : Gwenny NURTANTIO ©

2. Apprenez à la chinoise, sculptez à la japonaise


Le tout jeune Cristóbal admirait tellement les robes de la marquise de Casa Torrès à la messe qu’il lui demanda avec audace l’autorisation de visiter son dressing. C’est comme cela que tout a débuté. Apprendre de ses observations, c’est du typique Balenciaga : des années plus tard, il continuera à acheter des robes Dior, Chanel, Vionnet, pour les décomposer et étudier soigneusement leur structure (dans ses mots : comprendre les solutions techniques que ces stylistes ont apporté à des problèmes esthétiques). À la chinoise quoi : on achète, on démonte, on comprend l’esprit et on s’approprie les techniques pour ensuite faire pareil. Ou mieux? Peut-être, à en croire Monsieur Dior, qui affirmait ceci : "Avec les tissus, nous faisons ce que nous pouvons. Balenciaga, lui, fait ce qu’il veut." C’est précisément cette maitrise technique qui constitue la ligne de force du créateur. Et c’est là qu’intervient le côté japonais de l’affaire. Certains stylistes sont avant tout des dessinateurs (on pensera par exemple aux croquis d’Yves Saint-Laurent) ; Balenciaga, lui, est un géomètre.

À admirer : les encolures inspirées des kimonos, qui dégagent la nuque pour un port de tête des plus élégants.
À réciter : rigueur, cohérence, perfection.


3. Cherchez la ligne


Balenciaga a su créer le contemporain à partir de l’histoire de la mode espagnole (comme Madeleine Vionnet l’a fait pour l’Antiquité). Au fil des ans, ce ne sont plus les ornements rococo, mais une ligne, une ligne claire, hispanique, que l’on retrouve nettement dans ses créations. Il est passé maitre dans l’art d’éliminer le superflu. Simplicité apparente…

La question systématique (pour vos prochaines créations) : cet ajout est-il vraiment nécessaire ?
La citation (pour votre prochain diner) : "La mode, c’est ce qui est beau aujourd’hui et sera laid demain. L’art, c’est ce qui est laid aujourd’hui et sera beau demain." (Anonyme)


Balenciaga - Gwenny NURTANTIO©

Photos : Gwenny NURTANTIO ©

4. Tournez-vous vers demain


Foin de la nostalgie : remplacez "C’était mieux avant" par "Ce sera bien demain". Le musée Balenciaga ne présente pas une collection de reliques, mais les maillons d’une chaine projetée vers l’avenir.
Cette approche se traduit aussi dans le bâtiment : un bloc noir, léché, résolument contempo, qui domine le village jaune, rocheux et tortueux de Gerantia. De quoi réconcilier l’hier et le demain avec panache.
Côté nature, que voit-on lorsqu’on tourne les yeux ? Un collier d’écume, une plage claire comme une gorge et, sur toute la hauteur des collines qui bordent la crique, une robe de verdure. C’est à quelques encablures de ce Biarritz basque que nait Cristóbal Balenciaga, au seuil du 20e siècle.

Tous les ingrédients étaient réunis pour qu’il se réalise comme artiste : "Un bon couturier doit être architecte pour la forme, peintre pour la couleur, musicien pour l’harmonie et philosophe pour la mesure." (Cristóbal Balenciaga)



Retrouvez les infos pratiques pour visiter le musée Balenciaga de Gerantia en cliquant sur ce lien.

Texte : Yoneko NURTANTIO ©
Juin 2019



"Vous êtes organisateur d’une exposition, d’un salon, d’une manifestation et vous souhaiteriez figurer sur ce site ? N’hésitez pas à nous contacter."